L’église Saint François d’Assise

 cropped-En-tête-st-françois1.jpg

Historique :

Au début du siècle les habitants du nord de Nantes étaient éloignés des écoles, commerces et lieux de culte. Cette vaste partie de la ville comprenait la Morhonnière et le terminus de tramways, la Jonelière, son village, ses quais et guinguettes, ainsi que quelques usines, beaucoup de fermes et de cultures maraîchères ainsi que les châteaux de la Morrhonnière, du Tertre, du Halleray, de Launay-Violette et de l’Herbergement. Les lieux de culte de ce quartier étaient soit l’église Saint-Félix, soit la nouvelle église N-D de Lourdes. Au cours du XXème le quartier s’urbanise, mais reste toujours éloigné des églises. En 1950, des habitants s’adressent à l’évêque afin de demander la création d’une paroisse et d’une église dans ce secteur de Nantes.

Le 29 décembre 1952, l’évêché décide la création d’un centre religieux dans le quartier et la construction d’une chapelle. Le premier prêtre chargé de ce nouveau centre religieux est l’abbé Poulain, alors vicaire à Saint-Félix. La première chapelle fut aménagée dans un vaste local des « Salles Baudais », propriété du lycée Saint-Stanislas. La première messe fut célébrée en présence de 53 personnes le 8 février 1953. Le 26 décembre 1953 Mgr Villepelet annonce que le saint patron et protecteur de la future chapelle sera Saint-François d’Assise. Le 12 avril 1955, le centre religieux est érigé en chapellenie et ses limites géographiques sont officiellement indiquées.

L’association « Saint-François d’Assise achète un premier terrain d’une superficie de 6000 m² à la Barboire. Par la suite, ce terrain s’avérant trop petit et mal orienté, une autre parcelle de 23 300 m² est alors achetée par l’association à 300m de là, sur la ferme du Baut. Rapidement, les plans de construction furent à l’étude sous l’égide de M. Liberge, fils de l’architecte de N-D de Lourdes. La construction de l’église n’est autorisée par l’évêché que le 14 septembre 1955. Ensuite, tout va très vite : le 28 septembre 1955, les plans sont déposés à la Mairie et le 3 novembre ils passent sans difficulté aux différentes commissions. Le 9 novembre 1955 parvient la première autorisation de construction, mais pour le presbytère seulement. Il faudra attendre le 30 novembre 1955 pour obtenir le permis de construire de l’ensemble. Le 10 décembre 1955, les travaux de creusement des fondations par des bénévoles commencent, et se poursuivront jusqu’au 4 février 1956.

La « première pierre » est posée en pleine construction le 6 octobre 1956. Elle contient un parchemin dont voici le texte :  » Chapellenie de Saint-François d’Assise, l’an du Seigneur mil neuf cent cinquante-six, le 6 octobre. Son excellence Monseigneur Villepelet, évêque de Nantes, bénit la première pierre de cette future église dédiée à Saint-François d’Assise. Etaient présents : Monsieur le chanoine Guihéneuc, curé de Saint-Félix et Monsieur l’abbé Busson, curé de Notre-Dame de Lourdes, l’abbé Poulain, chargé du centre religieux, Messieux les abbés Eriau, Gris, Doucet, vicaires à Saint-Félix et l’abbé Gascoin de Notre-Dame de Lourdes, Monsieur Bourcy, Président du Conseil d’Administration de l’Association Saint-François d’Assise, Monsieur Sablé, premier adjoint au maire de Nantes, Messieurs Liberge, architecte, et André, ingénieur béton, Messieurs les entrepreneurs Grénapin, Grossin, André, Le Guillou, Thury et Bouyer, un grand nombre de fidèles de Saint-François d’Assise et des paroisses de Saint-Félix et Notre-Dame de Lourdes.« . Avec son précieux contenu, la pierre est refermée et enduite de ciment.

L’église devait être inaugurée le 6 octobre 1957 mais une grève a retardé les travaux. Le 26 juin 1957, dans l’église en travaux, 38 garçons et filles faisaient leur communion solennelle. Le premier mariage est célébré le 17 août 1957 entre Roger Lebreton, mécanicien en cycles de la Grande Sensive, et Odette Guicheteau, fille du dynamique président de l’amicale paletiste de la Jonelière. C’est pourquoi les paletistes leur font une haie d’honneur au sortir de l’église toujours en travaux.

L’inauguration officielle et la première messe solennelle ont eu lieu le 2 février 1958 en présence de l’évêque de Nantes. Le dimanche 5 octobre 1958, au cours de la journée de la Fête patronale, le chanoine Guiheneuc, ancien curé de Saint-Félix et archi-prêtre de la Cathédrale, bénit une plaque de mémoire sur laquelle est gravée le mémorial : « En souvenir de Monsieur l’abbé Poulain, premier chapelain de Saint-François d’Assise, décédé le 31 octobre 1956, qui posa la première pierre de cette église le 6 octobre 1956.« 

Le maître-autel en pierre de Dinan, superbe table de 4 mètres de long et d’1 mètre de large, reposant sur 3 socles identiques, fut installé dans la soirée du 24 décembre 1858 par l’entreprise Noël de Rezé. Le soubassement de l’autel est une vaste estrade recouverte de plaques de marbre rose-vert de Campan. L’ensemble, d’un montant supérieur à 80.000 francs (plus de 800.000 francs anciens) fut offert par une seule famille qui a tenu à garder son anonymat. Le 9 octobre 1960 le Chemin de Croix en 14 tableaux peints par le chanoine Bouchaud, est érigé. Le même jour eut lieu la bénédiction du Crucifix du Maître-autel, Christ en bois de 1,20 mètres, œuvre du sculpteur Fréour de Batz-sur-Mer. Le 8 octobre 1961, bénédiction d’une statue de Saint-François d’Assise, peinte en ton chêne clair, par monsieur Guy Bâty et bénédiction de la table de communion en granit bleu de Dinan, offerte par les 150 dames de l’Action Catholique Générale Féminine. Quant aux vitraux de l’église, ils sont l’œuvre de maître-verrier Loire, de Chartres.

 Bannière-st-françois.jpg

Plan d’accès :
68 rue de la Bourgeonnière – 44300 NANTES – 02 40 59 46 79


Agrandir le plan