La confession fait des vagues.

Cette semaine, il était question de la confession dans les médias et je voudrais souligner deux faits.

D’abord, je ne sais pas quelle idée les journalistes se font du sacrement de la réconciliation. Dans la paroisse, environ 150 personnes se confessent dont certaines une fois par an. À l’échelle d’un quartier de 35 000 habitants, c’est une réalité toute petite qui a fait de grosses vagues !

Ensuite, le président de la Conférence des Évêques de France a été vivement critiqué suite à une interview qu’il a donnée. Malgré toute son intelligence, en opposant Loi de l’Église et Loi de la République, il est tombé dans un piège grossier. Cela me fait penser aux questions posées par les pharisiens à Jésus pour le mettre dans l’embarras. Jésus savait bien les esquiver !

La vraie question est de choisir entre deux valeurs évangéliques : le secret de la confession qui est une promesse de confiance, et la protection de la vie humaine. Si le pénitent confie qu’il prépare un meurtre ou un attentat, il me paraît difficile de protéger un meurtrier en puissance. Mais rassurez-vous, je suis prêtre depuis 23 ans et je n’ai jamais eu ce genre de confidence.

Père Benoît LUQUIAU.

Ce contenu a été publié dans Edito. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.