La honte, la conversion et l’espérance

Suite à la publication du rapport de la CIASE (Commission Indépendante sur les Abus Sexuels dans l’Église) mardi dernier, j’ai honte pour mon Église. Nous savions qu’il y avait (et qu’il existe encore) de la pédocriminalité commise par des clercs, que ces crimes ont été minimisés et qu’ils ont été aussi couverts. Mais mardi nous avons appris l’ampleur du désastre. Oui c’est un désastre, un immense gâchis. Jésus dit à son entourage : quiconque accueille un enfant comme celui-ci c’est moi qu’il accueille (Marc 9.37). Autrement dit : qui touche à un de ces enfants, c’est à moi qu’il touche ! Avec de telles paroles nous devrions être exemplaires, mais nous sommes bien loin de là.

Plus que jamais, il nous faut entrer dans une démarche de conversion pour toute l’Église. Cela passe d’abord par la réparation. C’est une dette que nous avons vis-à-vis des victimes : les écouter, réparer ce qui est réparable, et sanctionner les coupables. Même au niveau de notre paroisse, nous pouvons agir, par la prévention, la formation des catéchistes, des accompagnateurs de jeunes, c’est l’affaire de tous. Ce qui est en jeu, c’est de donner une place réelle aux plus petits, pas seulement dans les paroles mais dans les faits. Cette conversion doit aussi passer par une purification de l’Église ; ce sera un temps de longues années, dans lesquelles nous devrons apprendre à moins parler et agir davantage.

Mais je regarde aussi l’avenir avec espérance, car elle est toujours présente dans les paroles du Christ. Même pendant la Passion, Jésus n’a pas douté de la bonté de Dieu. Cette crise peut être l’occasion de promouvoir encore plus le message Évangélique, d’avoir une plus grande exigence de la vérité, de partager le pouvoir, de mettre en place des instances de contrôle. Le chantier est à la fois considérable et ambitieux. Avec la force de la prière, avec l’aide de tous, avec la grâce de l’Esprit nous y parviendrons.

Père Benoît LUQUIAU.

Ce contenu a été publié dans Edito. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.